SFC Invest interviewe l’entrepreneur Igor Davin qui partage son expérience entrepreneuriale à travers sa société Id&aL Editions. Il produit et édite des jeux de société et des jeux pour mobiles.

La génèse et le lancement de Id&aL Editions

Tout d’abord, où, quand et comment la décision de lancer IdeaL Editions s’est-elle prise ? Pouvez-vous nous décrire la situation exacte si vous vous en souvenez ?

C’est, comme bien souvent, une histoire où se mêlent la chance, le timing et une rencontre. En 2007, cela fait plusieurs mois que j’essaie de séduire des éditeurs de jeux de société avec mes différents prototypes, sans succès. Néanmoins l’un d’eux, Kahmaté, un petit jeu à 2 sur le thème du rugby, pourrait avoir une chance, selon certains retours. Mais un jeu à deux sur le thème du sport, à cette époque, personne n’y croit.

Je continue à faire jouer à Kahmaté autour de moi en cherchant des personnes qui seraient prêtes à se lancer dans l’aventure de l’auto-édition. Un jour, je le présente au meilleur ami de mon frère qui le trouve excellent ! Il se dit prêt à l’éditer avec moi. Son nom : Antoine Laboureur.

En 2008, nous fondons Id&aL éditions, dont le nom n’est rien d’autre que nos initiales : Igor Davin & Antoine Laboureur. Parallèlement au montage de la société, nous engageons toutes les démarches pour éditer Kahmaté. Nous recevons les boites en février 2008, juste avant le festival des jeux de Cannes, lors duquel il connaît un petit succès.

En décembre 2008, la première édition est épuisée, nous en relançons une nouvelle. Id&aL Editions est lancée !

Interview entrepreneur Igor Davin Id&aL Editions, Production-édition jeux de société jeux pour mobiles

Id&aL Editions sur le marché des jeux de sociétés et des jeux pour mobiles

Votre activité, résumée en une phrase de 15 mots maximum ?

Id&aL Editions est producteur et éditeur de jeux de société et de jeux sur smartphones.

A qui s’adresse votre offre ?

Nous ciblons principalement le grand public et les joueurs occasionnels. Nos jeux se jouent rapidement et leurs règles ne sont pas compliquées. Et à la fin d’une partie, les joueurs souhaitent souvent en refaire une tout de suite !

Avez-vous des concurrents dont vous préféreriez qu’ils n’existent pas ?

Que ce soit dans le secteur des jeux de société ou dans celui des jeux sur mobiles, on préférerait se passer des éditeurs qui inondent le marché. C’est encore plus vrai dans le secteur des jeux mobiles. Aujourd’hui, n’importe qui peut publier n’importe quoi sur les stores, ce qui fait la part belle aux gros éditeurs et noie les productions des indés dans un catalogue sans fin et souvent peu glorieux. Du coup, les joueurs passent souvent à côté de petites pépites ludiques.
Contactez-nous pour développer votre entreprise !

Interview entrepreneur Igor Davin Id&aL Editions, Production-édition jeux de société jeux pour mobiles

La vision de l’entrepreneuriat par Igor Davin : entre joie et déception

Qu’est-ce qui vous a le plus agréablement étonné dans votre parcours de création d’entreprise jusqu’à présent ?

Le secteur du jeu de société est un monde encore un peu à l’écart des grands secteurs concurrentiels où l’argent règne en maître. On se fait confiance entre auteurs de jeux et entre éditeurs. Quand un prototype fait son apparition, chacun sait qui en est l’auteur et quel éditeur l’a signé.
La blague récurrente, dans le jeu de société, c’est quand un jeune auteur demande comment il devrait protéger son idée avant de montrer son prototype…

La meilleure protection est de montrer son jeu au plus grand nombre. Ainsi, tout le monde sait de qui il est. C’est rafraîchissant dans le monde dans lequel on vit, où règne une course aux dépôts de brevets insupportable.

Qu’est-ce qui vous a le moins plu dans l’entrepreneuriat jusqu’à maintenant ?

Le manque cruel de subventions pour les TPE/PME. Aujourd’hui, pour avoir une subvention, il faut avoir plusieurs bilans positifs ou prouver que l’on peut couvrir la moitié de la subvention, ou posséder déjà autant en tréso… Comment une équipe volontaire, avec peu de moyens et un projet qui tient la route peut espérer lancer son activité ? Et tout ce la sans s’endetter ou faire appel à des investisseurs extérieurs ? Je n’en vois pas beaucoup.
Et pourquoi au final ? Se faire racheter par une plus grosse boite ?
Je suis tout à fait d’accord avec les propos du journaliste américain Jon Evans qui disait en juin dernier, suite à la présentation de la French Tech : « Le gouvernement français voit les start-up comme un moyen de stimuler l’innovation à la faveur des grands groupes alors qu’il devrait les aider à devenir des acteurs mondiaux indépendants. »

Vous avez un jeu vidéo qui sort prochainement, quel en est le pitch en utilisant 5 #hashtags ?

#shootemup #basedefense #dragon #ennemishumains #survie

Interview entrepreneur Igor Davin Id&aL Editions, Production-édition jeux de société jeux pour mobiles

Un entrepreneur fier et qui gère son stress !

Quelles sont les 3 choses dont vous êtes plus fier dans votre création d’entreprise ?

  1. M’être lancé dans l’entreprenariat et avoir réussi à maintenir mon activité. Beaucoup de gens rêvent de monter une entreprise. Mais peu se lancent, freinés par la peur de l’échec à court ou long terme. A ces gens, je dis « foncez ! ». L’aventure en vaut le coup. Mais préparez-vous à un vrai parcours du combattant et ayez des bases solides (famille, amis, réseau, financement).
  2. Avoir édité deux jeux de l’auteur français le plus réputé en France et dans le monde : Bruno Cathala, un auteur et un homme extraordinaire. C’est une vraie marque de confiance de sa part et je suis fier de la qualité d’édition de ces deux jeux (Burdigala -nommé meilleur jeu familial de l’année 2011 par le site www.jedisjeux.net- et Haru Ichiban, notre dernier jeu, déjà réédité plusieurs fois).
  3. Avoir su aborder le tournant du portage numérique au bon moment, quand le secteur de l’application sur mobiles a explosé. Et continuer à évoluer dans ce secteur extrêmement compétitif.

Tout chef d’entreprise a des périodes de stress à gérer, comment faites-vous personnellement pour déstresser ?

Franchement, j’ai la chance de ne pas être une personne sujette au stress facilement. Donc la plupart du temps, en périodes difficiles, je travaille encore plus. En fait je veux me dire que j’aurais fait le max et ne rien regretter si ça tourne mal.

Sinon, j’ai un excellent moyen de décompresser à la maison : une petite fille de 5 ans qui, que je sois stressé ou pas, rend tout beaucoup plus simple et limpide. Et qui me renvoie à ce qui est essentiel.

Interview entrepreneur Igor Davin Id&aL Editions, Production-édition jeux de société jeux pour mobiles

Id&aL Editions recherche toujours des profils à recruter

Dernière question, que recherche IdeaL Editions en ce moment ?

Dans les secteurs du jeu de société et du jeu sur smartphones, milieux créatifs par excellence, on recherche toujours les pépites de demain. Donc que vous soyez game designer, graphiste, illustrateur, sound designer, animateur, artiste 2D/3D, vous m’intéressez et n’hésitez pas à me dire qui vous êtes et ce que vous faîtes !

Dans ce même esprit de découverte de talents, nous cherchons des partenariats avec des écoles dans lesquelles nous pourrions intervenir et proposer des stages ou des missions à certains élèves.

A questions directes, réponses courtes !

Igor, avez-vous déjà eu une grosse fâcherie avec vos associés ?

Non

Vous seriez prêts à vendre votre boite si le prix était bon ?

Non

Si c’était à refaire, vous vous relanceriez dans l’aventure ou pas ?

Oui

La France, c’est un bon pays pour créer sa boite ?

Non

Avez-vous déjà regretté un recrutement ?

Oui

Il y a des clients pénibles dans votre activité ?

Oui

Merci Igor pour votre participation 🙂 !

Vous pouvez retrouver les jeux produits et édités par Igor et Id&aL Editions sur son site internet http://www.ideal-editions.com/

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

65 − 60 =