Les présidentielles arrivent à grands pas en France. Mais l’emploi dans tout cela : que pensez-vous du débat des politiques sur le sujet ?

Chez SFC Invest, nous avons un avis et souhaitions le partager avec vous ici.

Les présidentielles : droite ou gauche, peu importe

Que les femmes et hommes politiques soient de gauche ou de droite, ils doivent arrêter de se lancer des fleurs sur la question de l’emploi.

Très souvent, on entend les politiciens évoquer leur succès sur la réduction du chômage, notamment à l’arrivée des présidentielles.

Mais qu’en est-il vraiment ?

L’emploi est créé principalement par des entreprises privées. Certes, nous vivons dans un pays qui compte en proportion de la population énormément de fonctionnaires. Et nous ne critiquons pas cette organisation de la société. Une grande partie des fonctionnaires font bien leur travail et sont utiles.

Mais mettre les gens au travail, c’est davantage le rôle des entreprises commerciales, de service, de production, agricoles, etc.

Contactez-nous pour faire grandir votre société !

Le gouvernement est déjà bien équipé (sauf dans certains domaines comme les hôpitaux) en termes de ressources humaines.

présidentielles

PS, LR, Modem, dites merci aux entrepreneurs !

Les vrais créateurs d’emplois pérennes (au contraire des emplois aidés), ce sont les entrepreneurs :

  • les petits entrepreneurs, qui prennent des risques, et qui en général acceptent de moins se rémunérer eux-mêmes, dans l’espoir de faire grandir un peu leur entreprise, à chaque renforcement de l’équipe,
  • les grandes entreprises, celles qui créent de l’emploi de manière équilibrée par rapport à leurs versements de dividendes,
  • les indépendants, qui cotisent beaucoup, font face à de nombreuses contraintes et absurdités administratives (pensons au RSI) et n’ont que peu de droits (pas de chômage, retraite moindre, etc.),
  • les nombreux auto-entrepreneurs, qui se prennent en main et créent de la valeur, en tentant de se lancer dans de nouvelles aventures professionnelles.

Merci à vous donc, pour la création d’emploi, et non aux politiciens !

Si votre candidat préféré aux présidentielles a toujours été salarié ou fonctionnaire, tout n’est pas perdu, mais soyons honnête, rien de tel qu’avoir été à la place du petit patron pour se rendre compte des difficultés rencontrées, et donc de pouvoir les lever…

Il nous faut un candidat qui comprennent que les entreprises, et en particulier les petites entreprises, sont la clé du dynamisme retrouvé en France et en Europe !

Pour vous en convaincre, visitez ce lien donnant le nombre de salariés par taille d’entreprise, en France en 2014 : 2,7 millions d’entrepreneurs seuls, 1 million d’entreprises de 1 à 9 salariés et 168.000 de 10 à 49 salariés. Des millions d’emplois dans ces entreprises !

La protection des salariés, oui mais…

Pour finir, protéger les salariés, c’est important. Car il est vrai que certains dirigeants ou actionnaires d’entreprises se comportent comme des filous. Mais c’est une très petite minorité des entrepreneurs.

Aujourd’hui en France, soyons clairs et sans détours : il existe une véritable anxiété et réticence de l’entrepreneur à embaucher.

Pourquoi ?

Tout d’abord, parce que le salarié est tellement protégé et qu’on lui donne quasi-tout le temps raison (prud’hommes), qu’il devient anxiogène pour une petite entreprise de prendre de nouveaux salariés. Et pourtant, 99% des salariés sont super…Mais il suffit de tomber sur le 1% qui ne fera rien, ou qui causera de gros problèmes, pour faire couler une entreprise.

A ce sujet, et si vous voulez vous faire peur, nous vous recommandons de lire la bande dessinée « Libérons l’entreprise », proposée par le Medef.

A noter : SFC Invest n’est en aucune façon affiliée au Medef et n’a pas d’avis sur les propositions de cette organisation patronale. Nous avons simplement trouvé amusante et effrayante cette liste d’absurdités administratives, judiciaires ou liées aux salariés indélicats, proposée par le Medef.

Et ensuite, à cause des charges sociales, qui sont faibles au niveau du SMIC mais aberrantes à des niveaux de salaires un peu supérieurs…

Qui parmi les candidats aux présidentielles parle de cet état de fait ? Pas grand monde, et pourtant, si en tant que dirigeant de petite société de quelques salariés, on pouvait se dire « je ne risque pas de faire couler la boîte si je fais un mauvais recrutement », ce serait une énorme ouverture sur la création d’emplois.

Alors, pour conclure, votez pour le candidat, qui entre autres sujets importants, n’oubliera pas d’aider réellement les petites entreprises à débloquer l’emploi !